L'ONG

Dès 2014, nous avons créé la Ligue pour l’Agrobiodiversité , dédiée à la réintroduction en production locale d’animaux et de végétaux menacés de disparition dans la biodiversité cultivée.

Initié le 22 Février 1992, le Réseau Agence²² est une fédération française d’association 1901, inscrite auprès de l’Organisation des Nations Unies comme Organisation Non Gouvernementale depuis 2006 pour accompagner le déploiement des 22 principes définis par la Convention universelle sur les Droits des Personnes handicapées, dite Agenda22, visant à assurer l'égalité des chances des personnes en situation de handicap.

Issu de mouvements d’Éducation Populaire, nous nous sommes impliqués dans différents projets solidaires autour du handicap.

Nous avons pour objet simplifié d’accompagner les projets de vie des personnes.

Pour accompagner les familles d’enfants en situation de handicap rencontrant des problèmes d’insertion professionnelle et de maintien comme adulte en milieu ordinaire, nous avons progressivement fait évoluer nos actions vers l’environnement, la biodiversité agricole, la permaculture et de l'agriculture biologique : c'est la Ligue pour l'Agrobiodiversité.

Depuis le début du siècle, quelque 75 pour cent de la diversité génétique des plantes cultivées ont été perdus. — FAO

Problématique

L’industrialisation de l’agriculture et la spécialisation de la sélection variétale a conduit dès le début du 20ème siècle, et de manière accélérée après la seconde guerre mondiale, à une érosion de la biodiversité cultivée dans les champs : les variétés populations, de base génétique large et évolutive, sont peu à peu remplacées par des variétés fixées, stables et homogènes.

Ainsi en Europe, dès les années 70, les semences paysannes n’ont plus d’existence légale : la réglementation sur les semences et plants considère implicitement que les agriculteurs sont des utilisateurs de semences commerciales (lignées pures ou hybrides F1) dont la reproduction est considérée comme une contrefaçon, affectant les droits de propriété intellectuelle des sélectionneurs.

Et le 18 mai 1981 [Décret français n°81-605 du 18 mai 1981, (J.O. Du 20 mai 1981).], le nouveau gouvernement français décida de réduire la biodiversité cultivée aux seules semences (plants et graines) inscrites dans les catalogues officiels et issues de variétés « distinctes, homogènes, et stables » : la biodiversité alimentaire cultivable en France passa ainsi de plus de 50.000 espèces cultivables à seulement 257 espèces sélectionnées par les professionnels des semences, excluant, de fait, toutes les populations végétales à base génétique large qui sont nécessairement évolutives!

Paradoxalement, les fruits et légumes, issues de « semences non commerciales », restent, bien sûr, importables, transformables et consommables en France !

Bilan :

La FAO estime que « depuis le début du siècle, quelque 75 pour cent de la diversité génétique des plantes cultivées ont été perdus. Nous dépendons dans une mesure croissante d’un nombre de plus en plus réduit de variétés cultivées et, en conséquence, de réserves génétiques de moins en moins abondantes. Cela tient principalement au remplacement des variétés traditionnelles par des variétés commerciales uniformes - même, et c’est là le plus inquiétant, dans les centres de diversité. »

« Lorsque les agriculteurs abandonnent des écotypes locaux en faveur de nouvelles variétés, les variétés traditionnelles s’éteignent. L’introduction, qui a commencé dans les années 50, de céréales à haut rendement mises au point par des instituts internationaux de sélection végétale a conduit à la révolution verte. La propagation des nouvelles variétés dans le monde en développement a été spectaculaire. En 1990, elles couvraient la moitié du total des terres emblavées et plus de la moitié des rizières-soit en tout quelque 115 millions d’hectares. Certes, les rendements ont fortement augmenté, mais au détriment de la diversité des plantes cultivées. »

[FAO, VALORISONS LA DIVERSITÉ DE LA NATURE..., La biodiversité au service de l’humanité : http://www.fao.org/DOCREP/004/V1430F/V1430F04.htm].

Cette érosion est particulièrement marquée dans les pays dont l’agriculture est fortement industrialisée : dans ces pays, les semences ont été normalisées et définies techniquement de manière à être une marchandise identifiable, comme n’importe quel bien industriel, comme « une marchandise saine et loyale ».

Notre réponse :

La Ligue pour l’Agrobiodiversité vise à satisfaire un intérêt général autour des missions suivantes :

  • espace d’accompagnement vers l’activité ouvert à toutes et tous permettant une reconversion professionnelle, une qualification par l’activité permettant une valorisation des acquis d’expériences (VAE) en milieu associatif ;

  • espaces de pratiques et d’expérimentation de techniques culturales pouvant être soutenues par les aides publiques, le mécénat et les dons aux œuvres ;

  • espaces d'agrobiodiversité visant à la production de « semences rustiques », hors champs du GNIS, et valorisation des « déchets de production » en plantes séchées et en vinaigre de fruits, d'aromatiques et/ou de fleurs comestibles.

Le plus grand plaisir dans la vie est de réaliser ce que les autres vous pensent incapables de réaliser.

— Walter Bagehot

Nos Activités

autour de deux réseaux complémentaires :

Ecosite22

• il s'agit de fermes solidaires en Agriculture de conservation, sous label européen Agriculture Biologique, inspirée de la permaculture et des techniques de semis simplifiés sous mulch, dédiées à l’étude, la production et la valorisation des variétés végétales et des races animales à faible effectif menacées de disparition dans la biodiversité cultivée. Nous avons aujourd'hui 5 Ecoasis sur 14 ha en Normandie (fédérés par Ecosite22 Pays d'Auge) et une micro-ferme essaimée en Occitanie (Ecosite22 Midi-Quercy) sur 3.500 m². Chaque Ecoasis est une section associative déclarée en préfecture, auprès de l'INSEE pour avoir un SIRET autonome, sous contrat avec le propriétaire déclaré à la MSA et dispose d'un sous-compte bancaire, sans chéquier ou carte de crédit, accessible par internet.

Conservatoires de l'Agrobiodiversité

• il s'agit de particuliers souhaitant accompagner leur autonomie alimentaire par la production de semences agrobiodiversifiées. Bénévoles sous convention avec notre réseau, ils produisent des semences dans le cadre de mise à disposition à notre association, qui sont destinées à être données, troquées ou implantées dans les Ecosite22 pour en faire des pieds mères. Nous avons aujourd'hui 17 Conservatoires, représentant 20 ha, sur 6 régions.

Nos productions agricoles sont :

  • des semences rustiques du domaine public à destination des particuliers (à partir de 2017),

  • du vinaigre de fruits, d'aromatiques et de fleurs (à partir de 2018),

  • des plantes séchées (à partir de 2020),

  • des semences agrobiodiversifiées à destination des producteurs BIO (à partir de 2021).

ADHESION

Lien pour le formulaire :

Propulsé par HelloAsso

Contacts

Président : Yves-Louis BOUMIER – yveslouis.boumier@ecosite22.fr – 06 71 43 71 97

Trésorière : Anne PERDRIX – anne.perdrix@ecosite22.fr

Secrétaire : Christine BOUMIER-ALONZEAU – christine.boumier@ecosite22.fr

Administrateur technique : Matthieu LAMAMRA – matthieu.lamamra@ecosite22.fr